161110_icono_product_teaser Shape Shape 161110_icono_product_teaser icon-arrow-left icon-arrow-right icon-first icon-last 161110_icono_product_teaser 161110_icono_product_teaser location-pin 161110_icono_product_teaser 161110_icono_product_teaser contact-desktop-white careers-desktop-white Flag of HaitiFlag of Swaziland

DB Schenker et Airbus

DB Schenker et Airbus unissent leurs forces pour faire progresser la production d'avions et favoriser le commerce transatlantique.  

Le premier avion de ligne avec des systèmes de commandes de vol électriques

C’est le premier avion de ligne à avoir été construit avec des systèmes de commandes de vol électriques - une technologie révolutionnaire permettant aux pilotes d'entrer des commandes qui sont ensuite interprétées par des ordinateurs de commande de vol (et transmises aux gouvernes de vol).

La famille Airbus A320, regroupe des avions de lignes moyen-courrier, de type monocouloir, motorisée par turboréacteur, est devenue l'un des avions de ligne les plus populaires au monde depuis son baptême de l’air en 1984.

Pour faire face à la demande croissante, en particulier en Amérique du Nord, Airbus a construit une usine de 600 millions de dollars destinée à assembler des avions à Mobile, en Alabama, et livre quatre avions par mois depuis leur installation, il y a trois ans.

Lorsque l'usine ouvrit ses portes, le plan logistique de l'entreprise pour la réception des composants consistait à amarrer les navires provenant de Hambourg, en Allemagne, dans la baie de Mobile et à décharger leur cargaison, qui se compose d'éléments avions à empennage vertical et horizontal, d'ailes et de fuselage avant et arrière. Chargées sur des camions à plateau, les pièces étaient ensuite acheminées à Brookley Field, une base aérienne désaffectée qui est devenue une plaque tournante de l'industrie aérospatiale, située à environ six kilomètres et demi du port.

Regroupement des composants d'avion via les voies navigables

Le transport et la réception des pièces se sont réorganisés au fur et à mesure que l'usine Airbus s'est agrandie. Afin d'atteindre ses objectifs de production et de produire ses appareils plus rapidement et plus efficacement pour ses clients, Airbus a travaillé en étroite collaboration avec le prestataire logistique DB Schenker afin de développer un système qui lui permettrait de « regrouper » ces composants et de les acheminer à la chaîne de montage par voie navigable (au lieu d'avoir à les charger sur des camions).

Cela devait se dérouler de la manière la plus efficace possible sur le plan logistique et sur une base mensuelle. En utilisant un nouveau terminal d'arrivée/de départ, un chaland et une section de fleuve récemment draguée, Airbus peut à présent recourir à des navires plus grands pour le transport des composants par voie maritime.

En collaborant avec des entrepreneurs locaux, DB Schenker a également rénové un quai (sur le site de production) et construit un nouveau hangar avions, tous deux permettant la livraison et l'utilisation à flux tendus des pièces. Par exemple, lorsque les composants de quatre avions complets arrivent sur le site tous les mois, trois d'entre eux peuvent être stockés dans le hangar tandis qu'un avion est immédiatement envoyé au processus d'assemblage final.

Le processus logistique initial était en place depuis trois ans et impliquait alors un navire et une grue (servant à placer les composants de l'avion sur le navire). Le passage à un système d’arrivée/de départ signifiait qu'Airbus devait utiliser des remorques ou des chariots pour entrer - puis charger ou décharger - dans le navire.

La proximité du port de Mobile représentait un défi supplémentaire, notamment parce que l'installation d’arrivée/de départ est située non loin du centre-ville. Pour transporter ses énormes composants du bateau à l'usine, Airbus avait besoin de les déplacer à travers la ville. « Ce n'était tout simplement pas possible », déclare Thierry Ramplou, chef de projet chez DB Schenker. « Alors, quand DB Schenker a fait la démonstration de sa solution de transport par barge, il était évident que ce serait la solution la plus appropriée ».

Tirer profit de la puissance d'une bonne logistique

Tanguy Largeau, directeur du marché vertical aerospace chez DB Schenker Amériques, explique que le prestataire logistique a adopté une approche innovante destinée à résoudre les problèmes d’Airbus.

S’inspirant des opérations européennes du fabricant, le prestataire logistique a trouvé un moyen d'organiser le transport par voie maritime. Ce plan comprenait la rénovation d'un quai et un nouveau hangar.

« Nous avons élaboré la solution et organisé le projet », affirme ainsi Tanguy Largeau, en ajoutant que DB Schenker a géré la coordination avec les autorités locales, les prestataires de services et Airbus pour parvenir à concrétiser ce projet aux multiples facettes. « Ce projet, auquel ont participé différents services au sein de DB Schenker, rend hommage à la nature entrepreneuriale de notre entreprise », explique ainsi Michael L. Schoenfeld, Vice-Président Senior et Directeur de la logistique contractuelle pour DB Schenker aux États-unis. 

Il ajoute : « Un problème opérationnel nous a été soumis et nous avons fait appel à des noyaux d'expertise au sein de différents services de notre entreprise pour trouver une meilleure solution. » « Nous n'avons pas laissé de barrières internes ou externes se dresser sur notre chemin, ce qui atteste de notre capacité à relier les différents éléments entre eux tout en apportant de nouvelles idées et innovations à l'équation. »

Un premier cycle réussi

En mai, Airbus a utilisé la nouvelle configuration logistique pour envoyer quatre avions. La société prépare actuellement un autre envoi international pour la mi-juin. Dr. Klaus Fischer, gestionnaire et chef de projet chez Airbus, affirme que la solution pluridimensionnelle mise au point par DB Schenker dépasse déjà les attentes du fabricant.

« Il n’est pas facile de changer un système qui fonctionne déjà et auquel tout le monde est habitué. De plus, nous n'avons pas de composants « fictifs » qui traînent et nous ne pouvions donc pas tester le nouveau système », explique Klaus Fischer, dont l'équipe s’est attelée à un processus de sélection minutieuse avant d'attribuer le contrat à DB Schenker. « En fin de compte, nous savions que DB Schenker serait en mesure de mettre en place ce nouveau concept de transport d'une manière qui réponde vraiment à nos besoins. »

Il affirme que le concept innovant aide Airbus à optimiser les voies navigables, à augmenter la production et à exploiter les infrastructures existantes qui comprenaient un quai construit et utilisé au cours de la Seconde Guerre Mondiale.

« En collaboration avec Airbus, les autorités locales et de nombreux prestataires locaux, nous avons élaboré la solution, organisé le projet et orchestré celui-ci de façon à relever les principaux défis d'Airbus », ajoute Michael L. Schoenfeld. « Le premier cycle avec le nouveau système s'est déroulé sans encombre. »

Communiqué de presse

Paré au décollage

Le traité transatlantique s'inscrit dans la production avancée d'avions

En savoir plus