161110_icono_product_teaser Shape Shape 161110_icono_product_teaser icon-arrow-left icon-arrow-right icon-first icon-last 161110_icono_product_teaser 161110_icono_product_teaser location-pin 161110_icono_product_teaser 161110_icono_product_teaser contact-desktop-white careers-desktop-white

Des poids lourds connectés : DB Schenker et MAN intensifient leur partenariat pour la conduite autonome

Les parties signent un accord de coopération pour le développement de poids lourds high tech • Premiers essais de convois dans un environnement logistique réel.

Des poids lourds high tech sur l’autoroute : le nouveau projet de DB Schenker et de MAN est la première initiative dans le cadre de laquelle une entreprise logistique et un fabricant de véhicules collaborent pour développer des convois de poids lourds connectés pour une utilisation dans les services logistiques. Les deux entreprises ont signé un accord de collaboration pour cette technologie, également appelée « platooning », lors du salon « transport logistic » à Munich aujourd'hui.

Gerhard Klein, directeur de l’ingénierie centralisée chez MAN, Ewald Kaiser, directeur des opérations de fret chez DB Schenker (ga.)

Pour la première fois, des convois de poids lourds seront testés pendant plusieurs mois dans un véritable environnement de trafic routier dans le cadre du fonctionnement normal de DB Schenker. Une autre première : à la place de pilotes d’essai au volant, les véhicules seront conduits par des conducteurs de poids lourds professionnels. Pendant la phase de test, qui débutera au printemps 2018, DB Schenker et MAN exploiteront des convois sur le « site de test de l’autoroute numérique », sur l’autoroute A9, entre les filiales de DB Schenker à Munich et à Nuremberg. Chaque convoi sera composé de deux poids lourds. Pour commencer, les poids lourds rouleront sans chargement, afin que les conditions de conduite puissent être testées dans des situations de trafic ordinaires et que les conducteurs puissent être formés à l’utilisation des véhicules. Cela leur permettra aussi d’apprendre certaines techniques de conduite spécifiques. Cette phase sera suivie par des essais hebdomadaires puis quotidiens. Au cours de l'année 2018, les tests passeront sur des trajets normaux avec des marchandises réelles, les convois rouleront alors entre les centres logistiques de DB Schenker à Munich et à Nuremberg jusqu'à trois fois par jour.

Dans quelles conditions est-il pertinent de former un convoi ? Quelle est la meilleure méthode pour former et disperser des convois en fonction de la situation individuelle et des conditions de circulation ? Telles sont les questions essentielles auxquelles les acteurs impliqués comptent bien répondre au cours de leur collaboration. Les tests examineront également les données devant être transmises au fabricant et aux spécialistes de la logistique afin d'assurer un contrôle optimal du convoi. Dans ce contexte, ils aborderont également des aspects comme la transmission de données et la communication d'informations au premier conducteur, par exemple sur la manière de communiquer des alertes mises à jour en fonction des travaux sur la route afin de disperser le convoi au bon moment.

« La conduite en réseau et la conduite autonome révolutionneront le transport du futur. En signant ce contrat, nous renforçons non seulement notre collaboration avec MAN, mais nous démontrons également notre engagement pour être l’un des pionniers dans le domaine des modèles d'activité numérique dans l’intérêt de nos clients. Le platooning nous permet à nous ainsi qu’à nos clients de bénéficier d'une solution répondant à la demande de transparence totale, ainsi qu’à l’exigence de processus de transport plus rapides et plus écologiques. Nous sommes convaincus que ces tests fourniront des informations sur le potentiel spécifique d’amélioration de l’efficacité dans des conditions de fonctionnement réelles sur une période prolongée », déclare ainsi Ewald Kaiser, directeur des opérations de fret chez DB Schenker.

DB Schenker cherche également à savoir comment établir un plan de déploiement optimal de convois au sein de ses propres processus logistiques. Par exemple, comment les centres logistiques devront-ils être conçus et équipés à l’avenir pour permettre de charger et de décharger les convois de poids lourds connectés le plus rapidement possible ?

Pour finir, les deux parties souhaitent également découvrir comment cette nouvelle technologie est accueillie par les conducteurs professionnels. Une étude parallèle impliquera une évaluation scientifique de l’expérience des conducteurs de poids lourds participants et l’analyse des données des essais concernant l’interaction des convois avec les autres usagers de la route : Comment les conducteurs appréhendent-ils l’utilisation de cette nouvelle technologie ? Comment le travail du conducteur peut-il être étendu ou adapté et quels changements cela implique-t-il dans l’apprentissage et la formation des conducteurs professionnels ? Ces données permettront également de déterminer les autres activités que les conducteurs du deuxième poids lourd seront en mesure de réaliser pendant les phases de conduite autonome. Les deux partenaires considèrent ce projet comme une plateforme en vue de franchir de nouvelles étapes dans le domaine de la conduite autonome en parallèle ou à la suite du projet de platooning.

Gerhard Klein, directeur de l’ingénierie centralisée chez MAN, souligne ainsi l’importance de ce projet du point de vue du fabricant de véhicules : « Pour MAN, cette collaboration avec DB Schenker est une étape essentielle sur la voie du lancement de la conduite autonome. Entre autres, MAN a déjà réalisé le projet de recherche « Konvoi » entre 2005 et 2009, en testant des convois comprenant jusqu’à quatre véhicules. Cela a été suivi en 2016 par une participation au défi des convois de poids lourds européens. En collaboration avec DB Schenker, nous transposons à présent pour la première fois les résultats des recherches réalisées dans le cadre de ces projets vers des applications logistiques concrètes. En travaillant ensemble avec les planificateurs logistiques et les conducteurs, nous impliquons directement les utilisateurs pendant les phases de test et de développement. Il s'agit d’un grand pas en avant qui nous permettra d’appliquer cette technologie dans le cadre des opérations quotidiennes. »

Le terme platooning désigne un système de véhicules pour le trafic routier dans le cadre duquel au moins deux poids lourds peuvent rouler sur l'autoroute à une faible distance l’un de l’autre à l'aide de systèmes techniques. Tous les véhicules du convoi sont reliés les uns aux autres par des « barres d'attelage » électroniques sous la forme d'une communication de véhicule à véhicule. Le véhicule de tête détermine la vitesse et la direction. La distance entre les différents poids lourds est d’environ dix mètres, ce qui équivaut à environ une demi-seconde de temps de conduite. Les liens électroniques entre les différents véhicules du convoi garantissent la sécurité de fonctionnement. Le principal objectif de cette procédure est de permettre un phénomène d'aspiration et donc de réaliser des économies de carburant allant jusqu'à dix pour cent pour l’ensemble du convoi. La réduction de la consommation de carburant réduit également les émissions de carbone.